Comprendre le SEO : les 3 piliers du référencement naturel

par | 3 mai 2021

Accueil / Le SEO / Comprendre le SEO : les 3 piliers du référencement naturel
Shares

Les 3 piliers du SEO, vous en avez peut-être entendu parler. Mais avant d’aborder ces trois piliers il est un important de se poser une question : quel est l’intention des moteurs de recherche ?

La réponse est la suivante : offrir la meilleure réponse à la requête de l’internaute. En d’autres termes quels critères peuvent définir la qualité de cette réponse. Comme vous l’avez deviné les trois plus importants de ces critères constituent les trois piliers du référencement naturel. Cet article va passer en revue ces trois critères les uns après les autres. Ainsi vous pourrez appréhender la philosophie qui accompagne tous les acteurs du SEO.

Premier pilier : la technique

Tout le monde a déjà eu à faire à un site lent où les éléments n’apparaissent pas assez vite. Ces sites provoquent en nous une frustration, voire un profond ennui. On a démontré que le trafic d’un site chutait de 50% s’il mettait plus de 3 secondes à télécharger.

De plus, on constate que plus d’utilisateurs naviguent sur Internet depuis leurs mobiles que sur un ordinateur de bureau. C’est donc la rapidité d’un site sur un appareil mobile qui est pris en compte dans l’évaluation d’un site.

Alors, fondamentalement, la rapidité d’un site n’a pas autant d’impact dans le ranking que celui que l’on pourrait croire. Mais il en a. Et il en a surtout sur les résultats de la conversion et encore plus sur l’expérience utilisateur.

Ce premier pilier est donc essentiel et devrait même être traité en priorité. Vous ne réussirez jamais à atteindre vos objectifs en SEO si votre site est lent ou difficile à lire.

La surprise du chef : les Core Web Vitals (ou Signaux Web essentiels)

Depuis quelque temps maintenant, Google communique sur de nouveaux indicateurs permettant d’appréhender l’expérience utilisateur. Parmi ces indicateurs, au moins deux sont spécifiquement axé sur la rapidité de téléchargement du site : le LCP et le FID.

Le premier indicateur (Largest Content Paint) concerne la performance pure de téléchargement d’une page web. Il évalue le temps de chargement qui est nécessaire pour que le ou les contenus les plus volumineux de la page se charge, si possible au-dessus de la ligne de flottaison. Google recommande un LCP de moins de 2,5 secondes.

Le deuxième indicateur (First Input Delay) concerne la réactivité de la page ou des fonctionnalités incluses dans la page. En fait il va mesurer le temps entre l’envoi d’une requête et la réponse du site. Que ce soit pour l’ouverture d’une page ou pour le passage d’une nouvelle étape dans la validation d’un formulaire, cet indicateur ne doit pas dépasser les 100 ms.

Mise à jour : j’ai récemment eut confirmation d’un proche de Google que les Core Web Vitals n’allaient pas peser lourd dans l’évaluation d’un site. Ils sont plus là pour rappeler aux designeurs de prendre en compte l’expérience utilisateur.

Êtes-vous crawlable ?

Une autre composante de ce pilier est la capacité de votre site à être un bon réceptacle pour les robots d’indexation. En effet il doit contenir un certain nombre d’éléments technique qui permettent aux robots de pouvoir comprendre votre site, son contenu, sa structure et son fonctionnement. Parmi ces éléments techniques on peut citer la structure des url, le fichier Robots.txt, l’optimisation des images, le fichier sitemap.xml, la présence de balise spécifique dans les métadonnées du site ou encore les données enrichies, etc.

Deuxième pilier : la pertinence

Être pertinent, c’est tout faire pour démontrer aux moteurs de recherche qu’on est la meilleure réponse à la requête de l’internaute. C’est faire preuve de la meilleure expertise possible sur le sujet qui intéresse l’internaute. Et surtout, de le faire comprendre aux moteurs de recherche.

Keywords everywhere !

Pour ce faire il faudra veiller sur les mots clés. Les mots clés ont une importance capitale dans une stratégie SEO. Pour correspondre à la demande de l’internaute et être pertinent, un mot clé ne doit pas être trop générique. De plus un mot trop générique correspond souvent à un trafic très important et donc, à une forte concurrence. Faire son entrée dans un milieu très concurrentiel n’est pas la meilleure stratégie à employer pour débuter une campagne SEO.

Les longues traînes

Pour avoir des mots clés pertinents il vaut mieux miser sur les mots clés dit de longue traine.

 

Graphique expliquant ce qu'est un mot clé de longue traine SEO en référencement naturel

 

Les mots clés de longue traîne génère moins de trafic, mais sont plus accessible et moins concurrentiel. Les utiliser permet d’accéder plus rapidement aux premières SERP (Search Engine Respons Page) et donc de générer une visibilité plus ciblée. Il vaut mieux être premier sur un mot clé qui génère peu de trafic qu’être en septième page avec un mot qui génère beaucoup de trafic. Sachez qu’une 10e place dans la SERP-1  génère 10 fois moins de clics que la première. Et je ne vous parle même pas de la conversion que génère les positions au-delà de la 10e place.

Consultez ce petit article pour vous faire une idée là-dessus : Étude du taux de clics et des performances des liens selon la position dans les SERPS

Des contenus pertinents

Outre la pertinence des mots clés, c’est tout le contenu du site qui doit traduire une expertise. Ou au moins un intérêt très prononcé pour le sujet abordé sur le site. Il faut donc avoir un minimum de contenu sur la page, au moins 600 à 800 mots. Mais surtout il faut que ce contenu soit unique. Les moteurs de recherche aiment beaucoup les contenus nouveaux et originaux.

Google prend en compte le temps passé (Dwell Time) comme signal de référencement. Par conséquent, il vaut mieux garder un visiteur sur son site. Un site pertinent saura mieux atteindre cet objectif.

Contenu black-hat

Attention cependant à certaines pratiques qui peuvent être considérés comme une tentative de « triche » lorsque vous créez un contenu. Lorsque je parle de triche je veux dire par là une tentative de faire croire aux moteurs de recherche qu’il y a plus de contenu pertinent qu’il n’y en a vraiment. Exemple concret : mettre des mots clés tout le temps sans cohérence dans le contenu. Cette pratique est considérée comme une tentative de keywords stuffing (bourrage de mot clé). Les algorithmes des moteurs de recherche sont assez malins pour comprendre ce genre de pratiques et les sanctionnent.

Pas de jeux de mots

Attention aussi à ne pas jouer sur les mots pour induire le visiteur en erreur. Pour illustrer ce point-là je parlerai des sites YMYL : your money, your life. Ce sont des sites particulièrement sensibles, car il pourrait influencer le bonheur, la santé, la stabilité financière ou la sécurité des utilisateurs. Les standards d’évaluation pour ces sites sont beaucoup plus exigeants. Donc il s’agit ici de faire très attention à l’exactitude du contenu par rapport à la requête de l’utilisateur.

Avec ces différents points abordés je pense que vous avez une bonne idée de ce que c’est que là pertinence du contenu d’un site. Abordons donc le 3e pilier de la SEO.

3e pilier : la notoriété, qu’on peut aussi appeler l’autorité

Posons-nous une question : qu’est-ce qui fait que quelqu’un est connu ? La réponse est simple : une personne est plus connue parce qu’on parle plus souvent d’elle. La reconnaissance est donc un facteur externe à la personne.

Ce concept se traduit à propos d’un site internet par le nombre de liens entrant, c’est-à-dire le nombre de liens situés sur d’autres sites internet et qui pointe vers ce site. C’est ce qu’on appelle les backlinks. Un site gagnera d’autant plus de notoriété qu’il aura de liens rentrants.

Plus de qualité, moins de quantité

Attention cependant, il faut savoir qu’il y a backlink et backlink. Tous les backlinks ne se valent pas. Il faut éviter un backlink d’un site douteux, ou qui n’a rien à voir avec le sujet traité. Il vaut mieux privilégier la qualité du lien, c’est-à-dire qui vient d’un site avec une forte notoriété. Avoir un seul lien venant d’un site avec une forte autorité plutôt que plein de liens venant de sites de faible autorité.

De plus, comme il est mieux de cherché à avoir une stratégie de référencement dans la durée, il faut préférer des liens durables. C’est-à-dire des liens issus d’article qui font foi dans le domaine cible. Des articles qui seront mis à jour régulièrement.

En résumé : qu’est-ce qu’un bon lien ?

  • C’est un lien qui se trouve sur un site qui a un contenu en rapport avec le vôtre
  • L’ancre de lien doit avoir un rapport avec votre site, toutefois il faut éviter la sur-optimisation (ne pas mettre trop de mots-clés)
  • Être un lien « inline » c’est-à-dire à l’intérieur du texte de l’article (éviter les boutons)
  • Ne pas mettre des liens dans le footer ou un sidebar
  • Ne pas faire une liste de lien
  • Ne pas mettre le même lien sur toutes les pages

Encore une fois on retrouve ici les notions de nouveauté et d’originalité.

Vous entendrez souvent parler aussi d’autorité, notamment dans les différents outils qui permettent d’optimiser votre référencement naturel comme SEMrush, Ahref et bien d’autres encore.

C’est à peu près tout ce qu’on peut dire sur les backlinks. Je rajouterai en dernier lieu qu’une campagne de netlinking et sûrement la phase la plus complexe à réaliser lors d’une campagne de référencement naturel, car elle demande beaucoup d’interactions avec d’autres sites et beaucoup de rigueur dans la méthodologie à employer pour obtenir ces précieux pourvoyeur de jus de référencement.

Conclusion

Si vous possédez un site internet vous savez maintenant quelles sont les lignes directrices qui vous permettront d’améliorer votre référencement sur les moteurs de recherche : une performance adéquate, de la pertinence dans le contenu, une bonne autorité auprès de la communauté d’internet.

Ces 3 piliers du référencement naturel reposent tous sur une idée fondatrice : offrir à l’internaute le résultat le plus en adéquation avec l’intention qu’il a émis dans sa requête. Pour cela les nombreux algorithmes complexes qui analyse des millions et des millions de données ne suffisent pas. Il faut aussi que les personnes en charge des sites optimisent son contenu, sa structure et sa performance.

Il s’agit maintenant d’aller plus loin et de savoir où l’on se situe par rapport à une stratégie SEO globale. C’est à ce stade-là qu’il est utile de faire un audit de référencement naturel. Il vous permettra de savoir où vous en êtes et quels sont les efforts à fournir pour arriver à vos objectifs.

Autres articles

Share This